Livraison offerte dès 80€ d'achat

Blog

CoQ10 : Tout ce que vous devez savoir

CoQ10 : Tout ce que vous devez savoir

Sommaire

De nombreuses personnes pensent qu’ils devraient prendre du CoQ10 pour les avantages qu’il procure, comme une meilleure santé cardiaque et une diminution des risques de cancer.

Il améliore également les performances et les avantages visibles pour votre physique (moins de graisse corporelle et plus de muscles).

Qu’est-ce que le CoQ10 exactement ?

La coenzyme Q10 (CoQ10) est également connue sous le nom d’ubiquinone. Son nom scientifique est 2,3-diméthoxy, 5-méthyl, 6-polyisoprène parabenzoquinone. Cela est dû à son omniprésence (partout) dans l’organisme.

Le CoQ10 se trouve en forte concentration dans les mitochondries des cellules. Les mitochondries sont connues comme les centrales électriques des cellules, elles génèrent la majeure partie de l’adénosine triphosphate (ATP) à partir des glucides et des lipides. 

L’ATP est la monnaie énergétique dont dépendent toutes les cellules, y compris les cellules musculaires, pour fonctionner. La CoQ10 peut également être présente dans les membranes cellulaires, en plus des mitochondries. 

Ceci est important car il peut améliorer l’intégrité des cellules telles que les cellules musculaires.

Les avantages du CoQ10 pour la santé

Il a été constaté que la prise d’un supplément de CoQ10 présente les avantages suivants (étayés par des centaines d’études) :

  • Il améliore la fonction cardiaque.
  • Traite les maladies cardiovasculaires, certaines tumeurs malignes, les maladies neurologiques, le syndrome de fatigue chronique et la dystrophie musculaire.
  • Elle contribue à la réduction de la pression sanguine.
  • En raison de sa forte teneur en antioxydants, elle renforce le système immunitaire.
  • Les capacités antioxydantes de la vitamine C et de la vitamine E sont renforcées.
  • Ajouté au régime quotidien d’un culturiste, le CoQ10 peut être un complément bénéfique.
CoQ10 et bonne santé

Bien qu’il ne s’agisse pas d’une vitamine, le CoQ10 présente des caractéristiques comparables aux vitamines.

Comme les vitamines, il fonctionne comme une coenzyme, contribuant à une variété de réponses corporelles. Il contribue à la création d’ATP dans les mitochondries, qui est l’un des processus les plus importants. 

Elle intervient ici pour transporter les protons et les électrons, étape nécessaire au processus de synthèse de l’ATP.

Le CoQ10 est créé naturellement dans le corps.

Par conséquent, il n’y a pas de niveau d’apport suggéré. Mais cela ne signifie pas que vous ne devez pas vous supplémenter en CoQ10, bien au contraire ! 

Après 20 ans, la production de CoQ10 par votre organisme commence à diminuer. Si l’utilisation de CoQ10 par votre corps est augmentée, les niveaux de CoQ10 de votre corps diminuent encore plus. 

Et si vous êtes un culturiste, vous pouvez être certain que l’utilisation du CoQ10 par votre corps est accrue. Cela est dû au fait que l’exercice intensif et l’augmentation du taux métabolique provoqués par un entraînement intensif augmentent l’utilisation du CoQ10 par votre corps.

Des centaines d’études ont montré que le CoQ10 est utile dans le traitement d’un large éventail d’affections :

  • Les maladies cardiovasculaires,
  • Certaines tumeurs malignes,
  • Le syndrome de fatigue chronique,
  • La dystrophie musculaire,
  • Des troubles neurologiques

Les rôles essentiels du Q10 dans le renouvellement de l’énergie, la santé et les muscles

Le Q10 est même impliqué dans l’activation des gènes et des protéines. La production naturelle de Q10 par l’organisme est notre principale source. Cependant, la production de Q10 par l’organisme commence à décliner à partir de l’âge de 20 ans. Ce déclin est le plus évident entre 40 et 50 ans, âge auquel de nombreuses personnes se sentent moins vitales. Les médicaments hypocholestérolémiants réduisent également les niveaux de Q10 car ils inhibent la production de Q10 dans le foie.

Le Q10 sous ses nombreuses formes.

L’ubiquinone et l’ubiquinol sont les deux principales formes de Q10. L’ubiquinol (et les compléments contenant cette forme de Q10) est parfois appelé « Q10 actif », bien que ce terme soit trompeur car les deux formes de Q10 sont actives, bien que de manière différente.

L’ubiquinone est une forme oxydée de Q10 qui est essentielle au cycle énergétique dans les mitochondries. L’ubiquinone est une substance jaunâtre que l’on trouve principalement à l’intérieur des cellules.

L’ubiquinol est la version non oxydée qui est surtout utilisée comme antioxydant. L’ubiquinol est une substance de couleur blanc laiteux que l’on trouve principalement dans les fluides lymphatiques et le sang, où il protège contre l’athérosclérose.

L’interaction intrigante

L’ubiquinone et l’ubiquinol sont continuellement transformés d’une forme à l’autre à l’aide d’activités enzymatiques dans lesquelles le sélénium joue également un rôle important, au regard du type de Q10 dont l’organisme a besoin pour diverses tâches.

Par conséquent, la forme de Q10 que vous prenez en complément ne fait aucune différence. L’important est que nous puissions synthétiser le Q10 et l’absorber à partir de compléments de haute qualité. L’organisme peut ensuite le transformer en la forme dont il a besoin.

CoQ10 et performances

Les suppléments de Q10 peuvent-ils préserver les mitochondries et réduire la perte de tissu musculaire liée à l’âge ?

Cette hypothèse est étayée par des preuves. Auparavant, des chercheurs de l’université Columbia ont découvert que la perte de masse musculaire est due au fait que le calcium s’échappe des chaînes de protéines dans les muscles.

Cela déclenche une chaîne d’événements qui entrave la contraction musculaire. Les chercheurs ont également découvert que les mitochondries jouent un rôle dans la signalisation du calcium cellulaire. Par conséquent, si la fonction mitochondriale est compromise, cela peut avoir un impact délétère sur les muscles.

Quoi qu’il en soit, à mesure que nous vieillissons, les dommages oxydatifs subis par l’ADN mitochondrial dans les tissus musculaires augmentent. L’ADN mitochondrial est chargé de coder les protéines nécessaires à la construction des muscles.

Lorsque cet ADN est endommagé, les protéines ne sont plus produites. Par conséquent, l’ADN mitochondrial endommagé a été associé à la perte de fibres musculaires et à l’atrophie (perte de tissu).

Une étude portant sur 14 hommes âgés de 57 ans et plus a révélé que ceux qui prenaient des suppléments de Q10 avaient davantage de fibres musculaires jeunes et une masse musculaire plus importante.

Cela était très probablement dû au fait que le Q10 contrecarrait les dommages oxydatifs causés à l’ADN mitochondrial dans les cellules musculaires. Bien entendu, si une personne est physiquement active et utilise ses muscles, l’impact est amplifié.

Les médicaments hypocholestérolémiants diminuent la production endogène de Q10 par l’organisme.

De nombreuses personnes, notamment les personnes âgées, prennent des médicaments hypocholestérolémiants (statines). Selon les deux études de cohorte citées plus haut, les statines peuvent augmenter la perte de masse musculaire liée à l’âge.

Dans tous les cas, l’utilisation de statines est associée à des effets indésirables. Ils surviennent parce que le cholestérol et le Q10 sont tous deux produits par une enzyme appelée HMG-CoA. Les statines réduisent la production de Q10 car elles fonctionnent en inhibant cette enzyme.

Cela explique les effets indésirables biochimiques des statines, qui comprennent souvent des symptômes tels que des douleurs musculaires, une lassitude et des difficultés respiratoires dues à un manque d’énergie dans les cellules.

Les statines doivent être associées à 100 mg de Q10 par jour pour diminuer les effets négatifs.

Les suppléments de Q10 peuvent-ils réduire la perte de tissu musculaire liée à l’âge ?

Cette hypothèse est étayée par des preuves. Auparavant, des chercheurs de l’université Columbia ont découvert que la perte de masse musculaire est causée par le calcium qui s’échappe des chaînes de protéines dans les muscles.

Cela déclenche une chaîne d’événements qui entrave la contraction musculaire. Les chercheurs ont également découvert que les mitochondries jouent un rôle dans la signalisation du calcium cellulaire. Par conséquent, si la fonction mitochondriale est compromise, cela peut avoir un impact délétère sur les muscles.

Quoi qu’il en soit, à mesure que nous vieillissons, les dommages oxydatifs subis par l’ADN mitochondrial dans les tissus musculaires augmentent. L’ADN mitochondrial est chargé de coder les protéines nécessaires à la construction des muscles.

Lorsque cet ADN est endommagé, les protéines ne sont plus produites. Par conséquent, l’ADN mitochondrial endommagé a été associé à la perte de fibres musculaires et à l’atrophie (perte de tissu).

Une étude portant sur 14 hommes âgés de 57 ans et plus a révélé que ceux qui prenaient des suppléments de Q10 avaient davantage de fibres musculaires jeunes et une masse musculaire plus importante.

Cela était très probablement dû au fait que le Q10 contrecarrait les dommages oxydatifs causés à l’ADN mitochondrial dans les cellules musculaires. Bien entendu, si une personne est physiquement active et utilise ses muscles, l’impact est amplifié.

CoQ10 et musculation

Les médicaments hypocholestérolémiants diminuent la production endogène de Q10 par l’organisme.

De nombreuses personnes, notamment les personnes âgées, prennent des médicaments hypocholestérolémiants (statines). Selon les deux études de cohorte citées plus haut, les statines peuvent augmenter la perte de masse musculaire liée à l’âge.

Dans tous les cas, l’utilisation de statines est associée à des effets indésirables. Ils surviennent parce que le cholestérol et le Q10 sont tous deux produits par une enzyme appelée HMG-CoA. Les statines réduisent la production de Q10 car elles fonctionnent en inhibant cette enzyme.

Cela explique les effets indésirables biochimiques des statines, qui comprennent souvent des symptômes tels que des douleurs musculaires, une lassitude et des difficultés respiratoires dues à un manque d’énergie dans les cellules.

Les statines doivent être associées à 100 mg de Q10 par jour pour diminuer les effets négatifs.

Gain musculaire et amélioration des performances

La CoQ10 semble protéger contre les lésions musculaires causées par un exercice intense, ainsi que contre les dommages oxydatifs qui suivent souvent les lésions musculaires induites par l’exercice.

Selon des chercheurs japonais, lorsque des rats ont pratiqué la course en descente, leurs niveaux d’enzymes clés liées aux lésions musculaires ont augmenté de façon spectaculaire. En outre, les rats nourris au CoQ10 ne présentaient pas de niveaux plus élevés de ces enzymes et ont donc évité les lésions musculaires.

Une étude récente de l’Université de Grenade a découvert que chez les athlètes participant à une course de plus de 30 miles dans la Sierra Nevada, ceux qui prenaient un placebo avaient une augmentation de 100 % des indicateurs de dommages à l’ADN, alors que ceux qui prenaient des suppléments de CoQ10 n’avaient qu’une augmentation de 38 %.

Selon les chercheurs, le CoQ10 a réduit la surexpression des substances chimiques pro-inflammatoires, minimisant ainsi les dommages oxydatifs aux cellules musculaires.

Les dommages musculaires induits par l’exercice peuvent également être minimisés par le maintien de la membrane musculaire. Cette stabilité accrue peut aider les fibres musculaires à mieux résister aux lésions mécaniques, telles que celles causées par un exercice intense.

Dosage du supplément CoQ 10 pour la musculation

Dans la plupart des recherches sur le CoQ 10, les patients consomment environ 300 mg par jour.

Posologie suggérée Prendre 200 mg avant le petit-déjeuner et 100 à 200 mg de plus avant le dîner.

Les pilules de Coq 10 doivent être prises avec de la nourriture car elles sont mieux absorbées de cette façon.

Coq 10 possède des qualités comparables aux vitamines, bien qu’il ne soit pas classé comme tel. Il s’agit d’un coenzyme, ce qui signifie qu’il contribue à diverses réactions chimiques dans l’organisme. Son attribut le plus important est qu’il joue un rôle important dans la synthèse de l’ATP dans les mitochondries des cellules.

L’organisme fabrique naturellement du coq 10 à partir des acides aminés tyrosine et phénylalanine, mais vers l’âge de 20 ans, il commence à limiter sa production, ce qui entraîne une baisse des taux de coq 10.

De plus, toute personne qui s’adonne à un exercice physique intense, comme la musculation, l’aérobic ou la musculation, aura des niveaux de coq 10 encore plus bas, car il s’épuise en générant de l’ATP supplémentaire pour soutenir ces activités.

Ce seul fait suggère que si vous vous engagez dans des activités rigoureuses sur une base régulière, c’est une bonne idée de vous supplémenter en CoQ10.

References

Alf, D., et al. Ubiquinol supplementation enhances peak power production in trained athletes: a double-blind, placebo-controlled study. Journal of the International Society of Sports Nutrition 10:24, 2013.

Crane FL. Biochemical functions of coenzyme Q10. J Am Coll Nutr. 2001 Dec;20(6):591-8.

Molyneux, SL, et al. Coenzyme q10: is there a clinical role and a case for measurement? Clin Biochem Rev. 2008 May;29(2):71-82.

Langsjoen Per.H., et al. (1985) Response of patients in classes III and IV of cardiomyopathy to therapy in a blind and crossover trial with coenzyme Q10. Proc. Natl. Acad. of Sci., U.S.A., vol. 82, pp 4240-4244.

Langsjoen P. H., et al. (1994) Treatment of essential hypertension with coenzyme Q10. In: Eighth International Symposium on Biomedical and Clinical Aspects of Coenzyme Q (1994) Littarru G.P., Battino M. , Folkers K. (Eds) The Molecular Aspects of Medicine, Vol. 15 (Supplement), pp S287-S294.

Mellstedt H., et al. A deficiency of coenzyme Q10 (CoQ10) in conventional cancer therapy and blood levels of CoQ10 in cancer patients in Sweden. In: Eighth International Symposium on Biomedical and Clinical Aspects of Coenzyme Q (1994) The Molecular Aspects of Medicine.

Morisco C., et al. Effect of coenzyme Q10 therapy in patients with congestive heart failure: A long-term multicenter randomized study. In: Seventh International Symposium on Biomedical and Clinical Aspects of Coenzyme Q Folkers K., Mortensen S.A., Littarru G.P., Yamagami T., and Lenaz G. (eds) The Clinical Investigator, (1993) 71:S 34-S 136.

Pepe, S., et al. Coenzyme Q10 in cardiovascular disease. Mitochondrion. 2007 Jun;7 Suppl:S154-67.

Rosenfeldt, FL, et al. Coenzyme Q10 in the treatment of hypertension: a meta-analysis of the clinical trials. J Hum Hypertens. 2007 Apr;21(4):297-306.

Hiasa Y., et al. (1984) Effects of coenzyme Q10 on exercise tolerance in patients with stable angina pectoris. In: Biomedical and Clinical Aspects of Coenzyme Q, vol. 4 (1984) Folkers K., Yamamura Y., (eds) Elsevier, Amsterdam, pp 291-301.

Judy W.V., et al. (1986) Double blind-double crossover study of coenzyme Q10 in heart failure. In: Folkers K., Yamamura Y. (eds) Biomedical and clinical aspects of coenzyme Q, vol. 5. Elsevier, Amsterdam, pp 315-323.

Kamikawa T., et al. (1985) Effects of coenzyme Q10 on exercise tolerance in chronic stable angina pectoris. Am. J. Cardiol.; 56:247-251.

Rossi E., et al. Coenzyme Q10 in ischaemic cardiopathy. In: Biomedical and Clinical Aspects of Coenzyme Q, vol. 6 (1991) Folkers K., Yamagami T., and Littarru G. P. (eds) Elsevier, Amsterdam, pp 321-326.

Sarter B. Coenzyme Q10 and cardiovascular disease: a review. J Cardiovasc Nurs. 2002 Jul;16(4):9-20.

Singh, U., et al. Coenzyme Q10 supplementation and heart failure. Nutr Rev. 2007 Jun;65(6 Pt 1):286-93.

Young, J, et al. Coenzyme Q10: a review of its promise as a neuroprotectant. CNS Spectr. 2007 Jan;12(1):62-8.

Schmelzer, C., et al. Ubiquinol-induced gene expression signatures are translated into altered parameters of erythropoiesis and reduced low-density lipoprotein cholesterol levels in humans. IUBMB Life 63(1):42-48, 2011.

Bowry V.W., et al. (1995) Prevention of tocopherol-mediated peroxidation in ubiquinol-10-free human low-density lipoprotein. J Biol Chem 1995 Mar 17;270(11):5756-63.

Ingold K.U., et al. (1993) Autoxidation of lipids and antioxidation by alpha-tocopherol and ubiquinol in homogeneous solution and in aqueous dispersions of lipids: unrecognized consequences of lipid particle size as exemplified by oxidation of human low density lipoprotein. Proc Natl Acad Sci U S A 1993 Jan 1;90(1):45-9.

Wang, X. L., et al. Co-supplementation with vitamin E and coenzyme Q10 reduces circulating markers of inflammation in baboons. Am. J. Clinical Nutrition, Sep 2004; 80: 649 – 655.

Safarinejad, M.R. Efficacy of Coenzyme Q10 on semen parameters, sperm function and reproductive hormones in infertile men. The Journal of Urology 182(1):237-248, 2009.

Mizuno, K., et al. Anti-fatigue effects of coenzyme Q10 during physical fatigue. Nutrition 24(4): 293-299, 2008.

Rosenfeldt, F., et al. Systematic review of effect of coenzyme Q10 in physical exercise, hypertension and heart failure. BioFactors 18 (2003) 91–100.

Bonetti, A., et al. Solito, G. Carmosino, A.M. Bargossi and P.L. Fiorella, Effect of ubidecarenone oral treatment on aerobic power in middle-aged trained subjects, J. Sports Med. Phys. Fitness 40 (2000), 51–57.

Fiorella, P. L., et al. Metabolic effects of coenzyme Q10 treatment in high level athletes, Biomedical and clinical aspects of Coenzyme Q10 , K. Folkers, G.P. Littaru and T. Yamagami, eds, 1991, p. 513–520.

Kon, M., et al. Effect of Coenzyme Q10 supplementation on exercise-induced muscular injury of rats. Exerc Immunol Rev. 2007;13:76-88.

Kon, M., et al. Reducing exercise-induced muscular injury in kendo athletes with supplementation of coenzyme Q10. Br J Nutr. 2008 Oct;100(4):903-9.

Shimomura, Y., et al. Protective effect of coenzyme Q10 on exercise-induced muscular injury. Biochem Biophys Res Commun. 1991 Apr 15;176(1):349-55.

Wyss, V., et al. Remarks on prolonged ubiquinone administration in physical exercise, in: Highlights in Ubiquinone Research. G. Lenaz, O. Bernabei, A. Rabbi and M. Battino, eds, Taylor & Francis, 1990, pp. 303–308.

Ylikoskia, T., et al. The effect of coenzyme Q10 on the exercise performance of cross-country skiers. Molecular Aspects of Medicine 18 (Suppl 1): 283-290, 1997.

Zeppilli, P., et al. Influence of coenzyme Q10 on physical work capacity in athletes, sedentary people and patients with mitochondrial disease. In: Biochemical and clinical aspects of Coenzyme Q10 , K. Folkers, G.P. Littarru and T. Yamagami, eds, 1991. p. 525–533.

Diaz-Castro, J., et al. Coenzyme Q(10) supplementation ameliorates inflammatory signaling and oxidative stress associated with strenuous exercise. Eur J Nutr. 2011 (in press).

Linnane A.W., et al. Cellular redox activity of coenzyme Q10: effect of CoQ10 supplementation on human skeletal muscle. Free Radic Res. 2002 Apr;36(4):445-53.

Itagaki, S., et al. Grapefruit juice enhance the uptake of coenzyme Q10 in the human intestinal cell-line Caco-2. Food Chemistry, Volume 120, Issue 2, 15 May 2010, Pages 552-555.

Badmaev, V., et al. Piperine derived from black pepper increases the plasma levels of coenzyme q10 following oral supplementation. Journal of Nutritional Biochemistry. 2000 Feb 1;11(2):109-113.

1 Comment

  1. […] d’oméga 3 dans la cellule et de les convertir en DHA, qui est nécessaire à la santé et au fonctionnement optimal du cerveau à tout âge. Mais une trop grande quantité de graisses saturées est dangereuse. Supposons qu’elles […]

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

0

10% DE REMISE

SUR TA PREMIÈRE COMMANDE

CODE NUTRIFIRST10

Shopping cart close